• Recherche,
  • International,
  • Sciences humaines et Sociales,
  • Union européenne,

Interview-rencontre avec Arnaud DIEMER, responsable scientifique du Centre d'Excellence Jean Monnet ERASME

Publié le 3 septembre 2019 Mis à jour le 7 janvier 2020

Le 8 avril dernier a eu lieu l’inauguration du Centre d’excellence Jean Monnet sur le développement durable « ERASME », qui vise à promouvoir l’enseignement et la recherche sur les études européennes en lien avec le développement durable. Rencontre avec Arnaud DIEMER, maître de conférences, chercheur en sciences économiques, Coordinateur du Centre ERASME et porteur de ce projet, et avec Julian TORRES, jeune chercheur associé au projet européen ITN Marie Curie, ADAPTECON et à la coordination du Centre.

L’équipe projet implique également des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’UCA, de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH), de Polytech’ Clermont, de l’Institut d'Auvergne du Développement des Territoires (IADT), de l’IRSTEA, de l’INRA et de VetAgro Sup.

Rencontre publiée dans le cinquième numéro du Lab, journal de la recherche de l'UCA.


Le Centre d’excellence Jean Monnet est une structure pluridisciplinaire financé par un programme européen, pouvez-vous nous en dire plus ?

Il permet de mettre en lien les compétences de chercheurs spécialisés dans plusieurs domaines (Agriculture, Alimentation, Biodiversité, Climat, Eau, Economie sociale et solidaire, Transition énergétique, Villes durables…). Cela créé une véritable complémentarité et permet de briser les barrières entre les sciences dites « dures » et les sciences humaines et sociales.

C’est un projet qui allie l’expertise de chercheurs chevronnés avec celle de jeunes chercheurs. Il y a actuellement 12 jeunes chercheurs européens issus du projet Marie Curie (ITN Horizon 2020) qui siègent au sein du bureau du Centre. Cela permet de mutualiser les compétences de chacun autour de projets de recherche communs et de donner un certain élan à la nouvelle génération.


Quels sont les objectifs du centre ?

Le Centre ERASME a plusieurs objectifs. Il doit constituer la vitrine de l’UCA et des écoles associées sur ce qui se fait en matière de formation et de recherche sur le développement durable. Il n’y a pas besoin de créer ce qui existe déjà, il faut juste le tendre plus visible à l’échelle européenne et au niveau de ses citoyens. Le Centre doit permettre à nos chercheurs de créer des Chaires et d’obtenir une certaine reconnaissance de la communauté scientifique européenne. Avec une Chaire, un Centre, nos collègues européens et internationaux ne nous regardent pas de la même manière. Un lien Berkeley – UCA qui semblait improbable, le devient car les deux universités ont un Centre D’Excellence. Il ambitionne également de promouvoir une nouvelle génération de chercheurs, issu du vivier européen mais également international, susceptibles de monter des projets, de publier et de diffuser des connaissances. Le Centre ERASME s’inscrit dans une logique de réseau européen, les fameux COST (COoperation in Science and Technology), qui seront les prochains porteurs des projets post H2020. Enfin, il entend proposer de nombreuses activités (tables rondes, colloques, séminaires, écoles d’été, publications d’ouvrages en open source, édition d’une revue européenne…) en lien avec le développement durable et l’Europe. Un MOOC « Europe et développement durable », français et anglais, est prévu pour 2020 en partenariat avec l’UVED et la plateforme FUN.


Comment avez-vous trouvé vos partenaires européens pour créer ce réseau ?

En janvier dernier, Hélène POCHET, qui est chargée de projets auprès du service des Relations internationales de l’IHECS à Bruxelles, a contacté ses partenaires internationaux pour réfléchir à une réponse dans le cadre d’un appel à projets européens. Elle proposait de travailler plus particulièrement sur l’inclusion des réfugiés dans la société. Je l’ai appelée pour en discuter. Puis d’autres établissements d’enseignement supérieur se sont joints à nous et ensemble nous avons proposé le projet coLAB.

Comment envisagez-vous l’avenir du Centre après les 3 années de subvention ?

Le projet est financé par la Commission européenne jusqu’en août 2021. Après ces trois ans, l’UCA devra se prononcer sur l’avenir du Centre. Il existe aujourd’hui 15 Centres d’Excellence en France, nous sommes le seul Centre d’Excellence sur le développement durable à l’échelle française et européenne. Cela ne durera pas. A moyen terme, le Centre est susceptible de se positionner sur le volet expertise, auprès des acteurs locaux et sur des projets d’envergure européenne (expérimentations et solutions à l’appui). Enfin, bon nombre de Centres d’excellence ont opté pour la création d’un statut juridique, leur permettant de développer des activités et des partenariats locaux et internationaux… Toutes ces pistes sont à discuter et à préciser, et ce sera au prochain coordinateur du projet de proposer de nouvelles ambitions.

Chiffres clés

Financement : 100 000 €
Durée : 3 ans
Plus de 20 partenaires locaux, nationaux et internationaux

Emblème UE

Le Centre ERASME est cofinancé par l'Union Européenne dans le cadre du programme Jean Monnet d'Erasmus +.