Vous êtes ici : AccueilDRVActualités DRV

  • Recherche,

Devenir experte … parce que nous le valons bien

Publié le 15 novembre 2019 Mis à jour le 15 novembre 2019

Un texte de la Minute Recherche par Cécilia Brassier-Rodrigues (Communication et Sociétés).

L’expertise n’est pas un phénomène nouveau. Depuis le 18ème siècle, ses contours ont évolué et la figure de l’expert s’est transformée. Elle s’est également féminisée. Et aujourd’hui, l’identité des experts pose question. Qui sont-ils ? Pourquoi des individus deviennent-ils experts ? Quelles sont leurs motivations ? Quels sont leurs rôles ? L’ensemble de ces questions a été posé, et plus encore, à des femmes appartenant à un réseau d’expertes.

Lancé au printemps 2015 par le groupe EGAE[1], Radio France et France Télévisions, le projet expertes.eu a pour objectif d’améliorer la visibilité des femmes dans l’espace public et dans les médias en créant un annuaire qui recense les femmes expertes. Ainsi, il est plus facile de les identifier et de les solliciter. Au démarrage, 1000 femmes ont fait la démarche de demander leur inscription à cet annuaire. Trois ans plus tard, le projet en rassemblait plus de 2400. Elles étaient 1500 au moment de l’étude. Grâce à la collaboration du groupe EGAE, une enquête en ligne a été réalisée auprès des membres de l’annuaire. Cent quatre-vingt-dix [MOU1] réponses ont été obtenues.

A la lecture des résultats obtenus dans cette recherche, il apparaît que le terme engagement résume à la fois les motivations des femmes à devenir expertes, ainsi que leur perception de ce rôle ou encore les types de liens sociaux développés et leur profondeur. L’enquête a fait apparaître que les femmes se sont engagées individuellement dans le projet des expertes, en faveur d’une cause. Elles souhaitaient par cette action rendre visibles dans l’espace public et la société en général les compétences techniques, les savoir-faire, les savoir-être et les savoir-communiquer qu’elles possèdent dans des domaines spécifiques.

L’annuaire en ligne apparaît également comme un média qui a favorisé l’émergence de plusieurs types de liens sociaux entre ses membres. Il existe un lien transgénérationnel qui rassemble des femmes appartenant à plusieurs vagues féministes, autour d’une pratique commune : militer pour la visibilité des femmes dans l’espace public et les médias. En cela, il facilite les liens sociaux intergénérationnels. Un lien de participation élective se crée entre ces femmes qui ont souhaité faire partie de l’annuaire. Le souhait de développer son réseau favorise la création d’un lien organique. Et enfin, le projet lui-même va de pair avec un lien de citoyenneté.

En conséquence, l’annuaire a permis de créer une communauté réelle de femmes expertes, qui sont des militantes féministes potentielles. Reste maintenant à poursuivre ce travail pour analyser la profondeur des liens créés, en relation avec la forme d’engagement des femmes dans l’annuaire.

[1] Le groupe EGAE est une équipe de consultantes formatrices, expertes en matière d’égalité femmes – hommes, de diversité et de lutte contre toutes les discriminations. http://groupe-egae.fr/